L’émergence des PWA signe t-elle la fin des applications mobiles ?

Chez TheCodingMachine nous nous intéressons aux Progressive Web Applications depuis déjà plusieurs années. Les Progressive Web Apps (PWA) tirent profit des progrès faits par les navigateurs web pour proposer la même expérience, que ce soit sur mobile ou Desktop. Sur le papier, les PWA offrent de nombreux avantages : elles peuvent être référencées comme n’importe quel site web, elles améliorent l’expérience de navigation en étant indépendante de la connexion (pourvu qu’elles aient été installées une première fois) ou bien encore, elles offrent des fonctionnalités intéressantes comme les notifications push. Est-ce que toutes ces raisons sont suffisantes pour que les PWA prennent la place des applications mobiles traditionnelles ? Pas si sûr…

Les applications mobiles ont-elles enterré les site web ?

Les applications mobiles sont-elles en train de remplacer le web au profit des nouvelles technologies ? Si les applications mobiles se sont développées très fortement, c’est principalement grâce à certaines fonctionnalités offrant une expérience plus riche :

Toutes ces fonctionnalités sont accessibles aux développeurs via des interfaces de programmation (API) qui leur permettent d’implémenter des fonctionnalités jusque-là inédites. Si nos appareils mobiles ont su bouleverser notre quotidien c’est bien grâce aux applications qui occupent les écrans de nos téléphones et tablettes par dizaines.

Tous les jours, de nouvelles applications naissent et pourtant, elles ne remplacent pas du tout le web. Pourquoi ?

Quelles sont les limites des applications mobiles ?

Il y a un paradoxe : jamais n’avons-nous eu autant d’applications installées sur notre téléphone et jamais nous n’avons utilisé aussi peu d’entre elles ! Faites le test par vous-mêmes : combien d’applications utilisez-vous quotidiennement ? En moyenne un utilisateur possède près de 100 applications sur son téléphone, dont seulement un tiers est utilisé régulièrement. D’autres enquêtes indiquent qu’une personne « normale » utiliserait moins d’une dizaine d’applications par jour !

En plus du risque d’être peu ou pas utilisée, il y a une autre limite : le coût. D’abord le coût de développement : il faut développer sur deux applications natives (iOS et Android) et ces développements ne sont pas simples à maîtriser. Puis, le coût associé à la soumission et la promotion de l’application sur les boutiques d’application (stores). Les éditeurs d’applications se retrouvent à devoir payer des sommes toujours plus importantes pour promouvoir leurs applications au sein de l’App Store ou de Google Play.

A cela s’ajoute un processus d’installation qui n’a rien d’évident pour le client : si vous ne fournissez pas directement un lien vers la boutique d’applications, votre utilisateur devra au préalable rechercher sur la boutique, trouver votre application parmi une multitude de concurrents puis la télécharger. Cet accès peut vous coûter des centaines d’utilisateurs. Ce qui explique la présence aujourd’hui de nombreux sites Internet qui se contentent d’indiquer deux boutons qui redirigent l’utilisateur vers la boutique Apple ou Google, où il peut directement télécharger l’application en question.

LES PWA : un moyen de réconcilier le meilleur des deux mondes ?

De là surgit une idée : est-il possible de passer uniquement par un site Internet pour proposer une expérience enrichie sur mobile ? C’est justement ce que proposent les Progressive Web Applications. Alors, définissons un peu ce qu’est une PWA. Une série de critères permet de qualifier un site Internet de “Progressive Web Application”, il faut qu’il soit :

Cette liste n’est pas exhaustive et certains critères varient selon les appareils supportés.

Alternative aux applications mobiles, les PWA représentent donc une nouvelle étape dans le développement de sites internet : elles permettent d’allier technologies web et nouveautés offertes par les appareils mobiles (Appareil Photo, GPS, Notifications…). Le tout, en diminuant de beaucoup les coûts de développement par rapport à une application mobile native (certains parlent de 90%).

CONCLUSION : Est-ce la fin des applications mobiles ?

La réponse est : presque ! Apparues pour la première fois en 2015, les PWA commencent à se répandre sur les principaux supports (navigateurs) d’aujourd’hui.

Développer une Progressive Web Applications plutôt qu’une application native reste un choix qui n’est pas évident. Opter dès aujourd’hui pour une Progressive Web Application comme solution de développement de son application mobile, c’est certainement s’inscrire dans ce que sera le web de ces prochaines années tout en choisissant une solution qui offre des facilités de déploiement et d’installation pour les utilisateurs, tout en limitant les coûts de développement. Cependant, beaucoup de défauts restent à corriger : installation pas forcément simple, maturité des outils de développement ou encore la présence sur les stores… 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à obtenir notre livre blanc sur les Progressives Web Application ! En cliquant ici ou ci-dessous.


par Charles Dupaix
Extrait de « Tout savoir sur les Progressive Web Applications »

Articles similaires TAG